Volts au dessus d’un nid de coucous, par Cécile Pommeron

Publié le par L'AME

J’ai eu vent de l’intrusion
de lignes à très haute tension.
La nouvelle m’a fait l’effet d’un électrochoc.
Dans ce lieu préservé des mauvais traitements de la ville
On prend le pouls du monde
une main tenant le petit arrosoir, un bulbe de printemps.
Des idées circulent. Le courant passe.
Ironie du sort, on voudrait
au nom de l’intérêt collectif ravager ce jardin.
La folie consiste à éluder la question du risque.
 
Mais nous sommes conscients des nuisances électromagnétiques
émises par ces balafres dans le paysage,
leur impact toxique sur la biodiversité.
 
Il fut un temps où l’AME creusait tranquillement
son sillon dans les champs alentour.
Aujourd’hui, la menace des ondes plane sur le chant des oiseaux.
Je ne veux pas croire ce temps de l’harmonie révolu.


 



OIseaux-recadr--s6652.jpg
Photographie Yves Pommeron



 

Commenter cet article